consommation_grande-distribution

Chaque heure, chaque minute, chaque seconde, innombrables sont les articles qui se vendent dans les quatre coins du royaume. Entre l’agroalimentaire, l’industrie, l’habillement et les nouvelles technologies d’information et de communication, le chiffre d’affaires des entreprises ne cesse de s’accroître. Le secteur commercial demeure le moins touché par la crise malgré la conjoncture économique difficile. Les marocains continuent à consommer plus que jamais. Jadis, les gens consommaient peu et acquéraient seulement ce dont ils  avaient besoin. De nos jours, ce n’est plus le cas. Une question légitime s’impose alors : pourquoi les Marocains consomment-ils plus que jamais ?

Les raisons sont multiples. Tout d’abord, il faut reconnaître que le mode de vie a complètement changé durant cette dernière décennie, influencé par l’ouverture sur l’Occident et les marchés extérieurs ainsi que par la mise en œuvre de l’horaire continu. Grands et petits se nourrissent à l’extérieur  au détriment de leur santé. Ensuite, on ne peut nier que  la publicité, a énormément contribué à ce changement, via les panneaux  publicitaires, la télévision ou même le  Smartphone. En effet, l’art de la publicité vit ses beaux jours, permettant aux entreprises de  toucher la quasi majorité de la société dont les enfants fascinés et manipulés par les couleurs, les dessins et les sons. En outre, le niveau de vie des Marocains a nettement augmenté ce qui les incite à consommer plus et à se procurer même des produits de luxe. Par ailleurs, le travail de la femme a rendu celle-ci indépendante matériellement chose qui lui facilite l’acquisition de tout ce dont elle a envie, des produits de cosmétique aux voitures passant par les vêtements  de dernier cri et les électroménagers les plus sophistiqués.

En somme, le Maroc s’est transformé ces derniers temps en société de consommation ce qui contribue à l’atténuation des effets de la crise sachant que la consommation est un levier de croissance et de développement économique surtout avec l’apparition de l’e-commerce. Toutefois, il est à signaler que bien des Marocains demeurent marginalisés, incapables de s’adapter à ce rythme qui exige un certain pouvoir d'achat.

Moudir Anas